Home Accueil Tournée Biographie Discographie Photos Vidéos Contacts

Formé en 1991, Angra est l’un des plus grands noms du heavy metal brésilien à travers le monde, en raison de leurs nombreux albums acclamés et de la construction d’une glorieuse carrière. Le quintet brésilien est une référence musicale, avec ses interludes symphoniques et ses arrangements très techniques, en plus de l’alchimie du métal et des sonorités brésiliennes traditionnelles. Angra est aujourd’hui un exemple de polyvalence dans la musique.

Doté d’un sens rare de la direction chez les groupes brésiliens, Angra n’a pas attendu que les choses se fassent toutes seules, et en 1992, leur première démo a été enregistrée. Intitulée «Reaching Horizons», elle a suscité un énorme intérêt parmi les fans de metal au Brésil, en Europe et au Japon, qui a conduit le groupe à enregistrer son premier album au studio de Kai Hansen (HELLOWEEN) à Hambourg en Allemagne. Le résultat est l’album « Angels Cry », qui a véritablement changé la scène métal brésilienne et a conforté Angra comme une force dans le circuit européen assez fermé du métal mélodique.

Le groupe a réussi à atteindre l’impensable pour un groupe brésilien dans ce style : plus de 100.000 exemplaires vendus au Japon, où, en raison de l’énorme et inattendu succès de « Angels Cry », un EP a ensuite été édité avec quelques pistes remixées. Angra a touché le sommet lors du sondage annuel du magazine spécialisé Rock Brigade, où ils se sont vus attribuer les titres de meilleur nouveau groupe, meilleur album, meilleur chanteur, meilleur pochette d’album et meilleur claviériste. « Angels Cry » n’est sorti en Europe qu’en 1994, avec un succès commercial immédiat et une critique unanime.

Plus tard cette année-là, Angra a joué lors de la première édition du festival MONSTERS OF ROCK au Brésil, partageant la scène avec des grands noms tels que KISS, BLACK SABBATH et SLAYER. Après leur succès au festival, le groupe a commencé une longue tournée à travers leur pays, les conduisant à une tournée européenne en 1995.

En 1996, Angra osait encore plus avec l’album « Holy Land », imprégné d’arrangements orchestraux, de chœurs et de rythmes brésiliens, qui ont fait de cet album un succès commercial encore plus grand que « Angels Cry ». En conséquence, le groupe a fait sa première tournée au Japon et a présenté un nouvel EP, « Holy Live », enregistré en live à Paris.

1998 fut une année prolifique pour le groupe, qui sortit alors l’EP « Lisbon » ainsi que l’album « Fireworks », qui étaient plus axés sur le heavy metal traditionnel et avec moins d’influences néoclassiques qui faisaient déjà partie du style et du répertoire du groupe. Une intense tournée mondiale, couronnée de succès, suivit la sortie de l’album.

En 2000, le groupe sort le premier coffret jamais sorti par un groupe de heavy metal brésilien: « The Holy Box ».

2001 a vu le groupe livrer une de ses œuvres les plus fortes à ce jour: « Rebirth », un succès critique et commercial écrasant au Brésil et à l’étranger, en vendant plus de 100.000 exemplaires en moins de deux mois, quelque chose d’inconcevable pour un groupe de métal, sans grand soutien des medias généralistes. « Rebirth » a été Disque d’or au Brésil, avec des ventes ayant dépassées le million d’exemplaires à ce jour. En 2002, l’EP « Hunters and Prey » est sorti au beau milieu de la plus longue tournée mondiale que le groupe n’avait jamais fait jusqu’alors.

« Temple of Shadows » a ensuite marqué le retour du groupe en studio. Sorti en 2004, l’album a dépassé les 250.000 exemplaires vendus et a mis le groupe sur la route jusqu’à la fin de l’année suivante, à travers l’Amérique latine, l’Europe, le Japon, l’Asie et l’Océanie.

« Aurora Consurgens » est sorti en 2006 et a marqué le début d’une brève interruption dans les activités du groupe – principalement due au rythme épuisant des tournées. Angra a joué en live de manière sporadique pendant cette période, et la sortie de leur prochain album, « Aqua » (2010) a laissé place à la tournée la plus réussie dans l’histoire du heavy metal au Brésil : une tournée conjointe avec Sepultura.

En 2013, le groupe est de retour sur la scène mondiale, cette fois avec le chanteur italien Fabio Lione (Rhapsody of Fire). Le groupe a présenté un spectacle unique avec Lione, lors de la croisière 70000 Tons Of Metal. Peu de temps après, le groupe a été acclamé par le public dans sa ville natale de São Paulo au LIVE N’ LOUDER festival, où Angra s’est produit avec des groupes de renom comme TWISTED SISTER, SODOM, LOUDNESS, METAL CHURCH et MOLLY HATCHET.

Tout au long des années 2013 et 2014, le groupe a effectué une tournée couronnée de succès qui a célébré le 20ème anniversaire de la sortie de son premier album, « Angels Cry », et a voyagé à travers l’Amérique latine avec des performances étonnantes et un grand soutien du public.

Entre la première et la deuxième partie de cette tournée, le groupe est retourné en studio pour enregistrer un nouvel album avec le chanteur italien Fabio Lione.

Après quatre ans sans rendre publique toute nouvelle musique, le moment que les fans attendaient avec impatience arrive enfin : le nouvel album d’Angra « Secret Garden » montre un groupe en très grande forme.

Pré-produit par le légendaire producteur Roy Z (Judas Priest, Bruce Dickinson, Halford) et enregistré et produit en Suède par le talentueux Jens Bogren (Kreator, Arch Enemy, Opeth, Dragonforce), « Secret Garden » rassemble tout ce qui a fait d’Angra l’un des plus grands groupes dans son style : un son contemporain combiné avec des compositions inspirées.

L’album est disponible depuis le 16 Janvier 2015.

« Secret Garden » montre la maturité d’un groupe qui, après 23 ans sur la route, continue avec la même motivation et la même passion pour la musique qui ont marqué les glorieux débuts du groupe. Les compositions mêlent un ensemble d’éléments qui ont fait la renommée mondiale du groupe, mettant en avant l’unité de styles apparemment distincts et combinant dans la même voie des styles tels que le rock – dans ses diverses formes, la musique classique et la musique brésilienne.

« Secret Garden » est encore un autre chef-d’œuvre du groupe et promet de devenir un grand classique dans le monde du métal. Comme presque tous les albums d’Angra, « Secret Garden » est un concept album qui pose la question : quelque chose qui n’existe pas pour les yeux ou qui n’est pas perçu par les sens peut-il être considéré comme inexistant ?

Les chansons racontent l’histoire fictive d’un scientifique, Morten Vrolik, qui se bat pour restaurer son bonheur après un accident tragique qui a coûté la vie à sa femme. Face à la dure réalité, Morten est contraint de revoir ses croyances et valeurs athées afin de récupérer un sentiment de satisfaction personnelle qui a été enlevé par le destin. Le brusque changement dans sa routine, l’adaptabilité, la synchronicité, la solitude, la culpabilité, l’espoir et la force de se lever à nouveau sont quelques-uns des sujets abordés dans les paroles, toujours mis à la lumière sous différentes perspectives – qu’ils soient religieux, scientifiques, philosophiques ou simplement esthétiques.

Angra, le groupe le plus représentatif de la scène brésilienne de power metal à travers le monde, est de retour à pleine puissance. Le chanteur italien Fabio Lione sublime la musique avec sa voix puissante et ses performances impressionnantes, tandis que le jeune prodige Bruno Valverde impressionne lui aussi, à la batterie, donnant au groupe un son plus moderne.

Une des grandes forces de l’album est la variété de grands musiciens invités : Simone Simons du groupe néerlandais Epica interprète divinement la chanson « Secret Garden » tandis que la grande diva du metal Doro Pesch chante un duo passionnant avec Rafael Bittencourt sur « Crushing Room« . En fait, les diverses apparitions de Rafael au chant sont quelques-uns des moments les plus forts de cet album, provoquant un contraste dans le ton et l’interprétation par rapport à Fabio.

La conception de la couverture de l’album entrelace savamment la musique et l’histoire dans une belle œuvre visuelle – créée par le designer Rodrigo Bastos Didier, et représente les moments oniriques de l’histoire de l’album. L’entrée du jardin secret, une représentation de l’inconscient et toute l’atmosphère de mystère essayent d’apporter à l’auditeur une expérience qui transcende simplement en écoutant les chansons.

Une fois de plus, Angra apporte à la scène un album électrisant, capable de générer de nouvelles tendances, justifiant avec grandeur et élégance pourquoi il a été reconnu comme l’un des leaders des groupes de power metal et metal progressif à travers le monde, depuis plus de deux décennies.

Après une grande tournée internationale de l’album « Secret Garden » en 2015 et 2016, avec des dates à guichets fermés dans différentes villes du Brésil et du monde entier, dont un spectacle magique et historique au festival ROCK IN RIO, où le groupe a temporairement dit au revoir au guitariste Kiko Loureiro, qui avait rejoint le groupe Megadeth, et c’est le guitariste Marcelo Barbosa qui prendra sa succéssion.

Angra a réalisé des tournées commémoratives de l’album classique « Holy Land » où il a joué l’album en entier avec des invités tels que Ricardo Confessori et Luis Mariutti, ex-membres d’Angra et autres invités.

2018 marque le début d’une autre ère de l’histoire d’Angra.

À 26 ans, le groupe montre de la motivation et de la force comme jamais auparavant. Même la trajectoire, parfois incertaine, n’a pas réussi à détourner l’attention, la détermination et l’inspiration du quintette dirigé – et fondé – par Rafael Bittencourt, formé par Felipe Andreoli (basse), Fabio Lione (chant), Marcelo Barbosa (guitare) et Bruno Valverde (batterie).

« ØMNI » est le 9ème album studio d’Angra, le résultat de mois de dévouement intense, de sang et de sueur. Il sortira le 16 février 2018 sur earMUSIC.
Encore une fois, l’album a été enregistré en Suède avec Jens Bogren, qui a également produit l’album précédent « Secret Garden », et parvient à capturer la même excellente chimie.

Le son, tout en étant contemporain, a un caractère organique et respecte les différentes nuances et dynamiques de chaque instrument. Parmi les différents musiciens invités, la chanteuse d’Arch Enemy Alissa White-Gluz et la chanteuse brésilienne Sandy se démarquent. Les deux chanteuses prêtent toutes deux leurs voix très différentes à la chanson « Black Widow’s Web ». De nombreux musiciens ont été impliqués dans la création de l’album, allant du son de percussion de Bahia à l’arrangement orchestral européen – qui confèrent à l’album sa variété exceptionnelle.

« ØMNI » est un album concept, un ensemble de nouvelles de science-fiction qui se déroulent simultanément dans différents lieux. L’épine dorsale de l’intrigue repose sur l’idée qu’en 2046, un système d’intelligence artificielle modifiera la perception et la cognition humaines. C’est un système qui permettra une communication consciente entre les êtres humains présents et futurs. Des personnages tels que les voyageurs du temps, les hommes des cavernes, les guerriers, entre autres, aident à raconter cette histoire.

L’album relie les concepts des albums précédents (« Holy Land », « Rebirth », « Temple of Shadows ») à un système principal, « ØMNI », qui en latin signifie « ALL » « ØMNI » fabrique une interconnectivité qui éclaire vers une vérité universelle: tout ce qui s’est passé a conduit à ce que le groupe est aujourd’hui. « ØMNI » célèbre et unit toute l’histoire d’Angra à ce moment précis.

La marque de fabrique d’Angra, un style brésilien mêlé à de la musique classique et du heavy metal, est enrichie par différentes influences telles que le rock progressif, le thrash metal, la musique latine, le djent, etc. Les humeurs et les dynamiques conjuguées donnent un sens particulier aux paroles et augmentent donc le sentiment profond d’immersion dans l’histoire.

L’œuvre de couverture a été dessinée à la main par Daniel Martin Diaz, un artiste américain unique qui consacre sa vie à mélanger des concepts scientifiques et philosophiques tels que l’anatomie, l’informatique, les mathématiques, la cosmologie, la géométrie sacrée, le symbolisme et l’ésotérisme. Le designer Gustavo Sazes était responsable de l’intégration d’une telle œuvre d’art organique au concept visuel de l’ensemble de l’album.

Même dans un environnement culturel de plus en plus stérile et défavorable à la musique avec âme et identité, le groupe rassemble onze titres totalement différents, mais en même temps raconte une histoire cohérente et parcourt tous les styles et toutes les nuances qui font référence dans le monde. Un line-up très soigné, tant sur le plan personnel que musical, débordant de créativité, a été le moteur nécessaire pour donner vie à ces chansons, des chansons qui figurent sans aucun doute parmi les meilleures de la discographie du groupe.

« ØMNI » est certainement une étape importante, non seulement dans l’histoire du groupe, mais aussi pour le metal brésilien et sa reconnaissance mondiale.